Enmouvement

Une expérience en Mouvement

La complexité du mouvement m’a toujours intéressé. En particulier, la facilitation et économie des gestes, ainsi que sa richesse et variété. L’année passée était donc un moment charnière. J’ai eu la chance de pouvoir participer à un camp d’entraînement d’une semaine en Thaïlande avec Ido Portal, un ancien acrobate devenu un artiste du mouvement que je connais depuis 2012.

Ido a dédié sa vie à l’entraînement physique en repoussant les normes d’exploitation du mouvement afin d’amener de nouvelles idées scéniques. Pour ce fait, il expose le mouvement tel une entité artistique aussi complexe que la peinture ou la littérature, ce qui le distingue de toutes les pratiques actuelles de sport.

Ido est aussi un défenseur implacable de la globalité et diversité ; il aspire de manière obsessionnelle à devenir le plus grand généralisateur du mouvement, c’est-à-dire : à n’être jamais spécialisé dans un sport, mais plutôt toujours imbu de l’esprit du débutant, ce qui lui permet d’extraire un maximum d’aspects d’une pratique en particulier, qu’il rajoutera ensuite à son répertoire déjà extraordinaire.

L’objectif final de sa méthode n’est pas forcément concret. Pendant longtemps, Ido a orienté sa pratique selon trois principes pouvant être appliqués dans d’autres disciplines : isolation, intégration et improvisation.

L’isolation est le mode de commencement durant l’apprentissage d’une capacité ou caractéristique de mouvement (activation isolée d’un muscle, étirement, etc).

L’intégration est le processus durant lequel on rajoute plusieurs isolations dans une séquence claire et définie.

L’improvisation est le mode de mouvement le plus raffiné ; requérant un mélange de fluidité et d’instinct ; elle implique inévitablement une très bonne maîtrise de l’isolation et intégration. Elle n’est cependant pas envisageable pour un débutant étant donné que l’expérience est fondamentale au confort et à l’approche de ce dernier mode.

Durant ce camp en Thaïlande, j’avais trois séances différentes d’entraînement de deux heures et demi par jour, ce qui rendait chaque journée très intense. De plus, chaque soir durant deux heures, j’assistais soit à des conférences et présentations dont le sujet relevait de la pratique individuelle d’un des professeurs, ou à des séances de Q & A.

Il y avait cinq cours différents: Coordination, Équilibre, Jiu-jitsu brésilien, Yoga et Jeux. L’exigence physique n’était pas insurmontable, les niveaux de concentration étaient constamment à leurs maximum. La conception des exercices elle-même était telle que ceux-ci engendraient et demandaient une adaptation et un apprentissage immédiat, ce qui créait une fatigue véritablement remarquable à la fin de la journée.

Dans chaque cours, une place était accordée autant au travail de choses basiques qu’à l’exploration d’aspects plus conceptuels et artistiques, ce qui a rendu le camp intéressant pour tous les participants dont les niveaux étaient pourtant tous assez différents. L’ambiance était extraordinaire et tout le monde a pu retirer quelque chose à appliquer dans sa pratique… soit en des exercices individuels ou en duo avec un partenaire.

J’admire Ido pour avoir créé un concept formidable d’exploitation et développement du mouvement interminable si on le souhaite ; c’est une pratique que l’on peut orienter à sa guise et ceci sur toute une vie. C’est cet aspect qui m’a intéressé et qui m’a conquis, venant moi-même de l’Aïkido, un art martial axé purement technique ou l’évolution personnelle se fait lentement.

La méthode d’Ido peut servir comme une pratique complémentaire à notre sport de base ou constituer la pratique principale.

Ido est aussi un lecteur et étudiant insatiable qui lit le plus possible lorsqu’il ne s’entraîne pas (il a normalement entre 6 et 10 heures d’entraînement par jour). Il aime bouquiner sur des sujets tels que la philosophie, nutrition, préparation physique, la physique et chimie, entre autres.

Je vous invite donc à visiter son site Internet, canal YouTube ou page Instagram pour visionner quelques merveilles.

Son message sera toujours celui de travailler le corps de toutes manières possibles, car il est la seule réalité à travers laquelle nous sommes sûrs d’exister.

Mouvoir c’est pouvoir,

Miguel

Partager